LA SUVA CRÉE LA POLÉMIQUE

Une vidéo réalisée dans le cadre d’une campagne de prévention à l’adresse des cyclistes recueille un flot de critiques.

“Rouler comme un con”

Un cycliste âgé d’environ quarante ans, père de famille de son état et propriétaire d’une villa cossue, enfourche son vélo pour rejoindre son lieu de travail. Dans les rues de Lausanne, sûr de lui-même, l’esprit vantard, il se compare à son voisin et collègue de travail Lambert qui, au volant de sa Peugeot, arrivera forcément tard que lui au bureau. Lancé à toute vitesse dans la capitale vaudoise, le cycliste brave automobilistes et piétons, en dépassant les premiers par la gauche et en empiétant sans vergogne sur le territoire des seconds. Hélas, sur le pont Chauderon, le quadragénaire finit sous les roues d’une voiture. «La mort, c’est de rouler comme un con à vélo», moralise une voix off.

Vidéo de prévention

La dernière vidéo de prévention de la Suva, intitulée «Le cycliste» et réalisée par Jérôme Piguet et Raphaël Sibilla, ne donne pas dans la demi-mesure, à l’image du film «Anastase» que le duo de producteurs avait tourné pour la police vaudoise dans le cadre d’une campagne qui pointait l’inattention des piétons, trop souvent distraits par leur smartphone.

Cycliste stéréotypé

Cycliste d’une arrogance caricaturale, au comportement suicidaire, dont la niaiserie n’a d’égal que l’ego surdimensionné: la Suva n’a-t-elle pas franchi la ligne rouge, comme le laisse d’ailleurs entendre Maurice Inzirillo sur la page Facebook de l’assureur («A quand la même chose pour les piétons ou les automobilistes! Votre campagne est catastrophique. Vous stigmatisez les cyclistes et accréditez l’idée qu’ils méritent leur sort»).

“L’émotionnel plutôt que sur les faits.”

Très courroucée, Pro Velo, elle aussi, n’a pas vraiment goûté à l’humour noir et au ton décalé du clip. «Il met un scène un cycliste stéréotypé qui ne respecte pas les règles de la circulation et qui doit inévitablement payer pour son inconscience. Cette démarche a pour conséquences de durcir les positions et d’affaiblir les règles de sécurité», souligne l’association de défense des cyclistes dans un communiqué. Elle poursuit: «Ce clip répand l’alarmisme, renforce l’animosité entre cyclistes et autres usagers de la route et se base sur l’émotionnel plutôt que sur les faits.»

Prudent sur la route

Jean-Luc Alt, porte-parole de la Suva pour la Suisse romande, balaie les critiques: «Nous n’avons pas voulu être insultants envers les amateurs de deux-roues ou les stigmatiser, même si nous assumons une certaine volonté de choquer. En fait, dans notre esprit, nous avons voulu transmette un message clair: il faut être prudent sur la route, éviter de prendre des risques inconsidérés, d’avoir des comportements téméraires. Nous avons voulu inculquer la notion de respect de manière générale et faire en sorte que les accidents impliquant des cyclistes diminuent.»

Gros buzz

A la base de cette campagne de prévention, la Suva avance des chiffres qu’elle veut révélateurs. En 2016, les polices cantonales ont enregistré 3860 accidents avec des cyclistes. Or, selon les statistiques, dans 1878 cas, le propriétaires de deux-roues était responsable. Au-delà de la polémique, force est de constater que la clip promu par la Suva et les polices cantonales de Bâle-Ville, Vaud, Fribourg et de Suisse centrale, connaît un gros succès sur les réseaux sociaux. En milieu de semaine dernière, près de 20 000 internautes l’avaient visionné.